Ad Nauseam : critique du film Antiviral

Film kleenex mais pas jetable, Antiviral vous mettra la fièvre, frappé d’une crise d’hypocondrie généralisée. Physique et cérébral à la fois, le métrage du fiston Cronenberg n’a qu’un seul défaut (ou presque), celui d’être inscrit dans les gènes cinématographiques de son père, à tel point qu’on ne saurait l’examiner en tant qu’œuvre inédite.
Il est en effet difficile de se brider à une simple critique d’Antiviral sans verser dans une exégèse de l’œuvre des Cronenberg, au pluriel. Impossible d’effectuer une lecture du film par ses simples qualités et défauts car ce serait omettre tout ce qu’il est -en dehors et en plus de ces simples symptômes. Si Brandon Cronenberg a beau nous répéter que son film n’est en rien un “film de famille”, on a le droit et même le devoir de ne pas…
Lire la suite sur le Daily Mars.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Required fields are marked:*

*